Avant, j’avais des cheveux.

18 Mar

Mais ça, c’était avant. Avant que la coiffeuse du quartier (chez qui je suis allée pour économiser 3 euros et 10 minutes de vélo) ne transforme mon presque-carré en un ramassis de cheveux (très) courts et effilochés, façon oisillon croisé avec un chien mouillé.

chien_mouille

Ce serait pourtant mentir que de dire que je n’ai pas fait preuve d’enthousiasme à l’idée d’un rafraîchissement capillaire. Des semaines que je geignais à propos de ma coupe qui n’en était plus vraiment une. J’en avais envie, de cette nouvelle coupe. Ce sont donc mon portemonnaie, ma fainéantise et le Mâââle revenu rasé de près qui m’ont décidée à pousser vendredi dernier la porte du salon de coiffure que j’ai l’habitude de lorgner depuis mon balcon.

A peine passé le pas de la porte, j’étais comblée. Un accueil souriant, seulement 5 minutes d’attente, un petit rayon de soleil venu me réchauffer les petons alors que j’étais plongée dans la lecture du Gala de novembre 2012. Le bonheur, quoi.

Le moment du shampoing s’est lui aussi parfaitement déroulé, ou presque. J’ai frôlé la desquamation crânienne à cause de la température un poil trop élevée, difficilement maîtrisée par le stagiaire préposé au shampooinage. Mais, en bonne cliente, je me suis contentée de crisper mes mains sous mes fesses pour ne pas hurler à l’immolation.

Criant de vérité

Criant de vérité

Après m’être installée sur le fauteuil tant convoité (je me croyais un peu dans « Tout le monde veut prendre sa place »), j’ai eu l’immense honneur de voir arriver la big boss du salon. Je me frottais les mains à l’idée d’être coiffée par celles, expertes, de la maîtresse du lieu. Cette euphorie s’est amplifiée lorsque, à la vue de la photo que je montre à tous les professionnels du cheveu pour qu’ils s’en inspirent, la coiffeuse m’a fait un résumé concis et clair de ce qu’elle envisageait. Carré boule, pas trop court sur le front, mouvement d’avant en arrière. Allo Maman, Tango Charlie? On a trouvé la perle rare.

En quelques coups de ciseaux, me voici donc avec une nouvelle tête. Au séchage, on s’aperçoit de concert (osmose parfaite représente) que le tout est encore légèrement trop volumineux. L’artiste s’empare alors de son peigne-rasoir pour effiler un peu. Je serai la pièce-maîtresse de sa journée.

Sauf que. Au même moment, sur le parking du Leclerc juste à côté du salon, une véritable battle se tient entre une femme et une bande de djeuns. Attirées par le potin, la coiffeuse et moi-même stoppons net notre conversation passionnante à base de « les cheveux courts, c’est tellement plus pratique ». A partir de ce moment-là, j’ai vu la vie de mes cheveux défiler sous mes yeux impuissants. La coiffeuse s’est mis à littéralement tailler dans la masse, visiblement encore absorbée par l’événement venu troubler la fête capillaire.

mademoiselle-trouble-fete

Après séchage, coiffage, re-mouillage et re-séchage, j’ai dû me rendre à l’évidence : j’étais face à un désastre capillaire, de ceux qui plaisent tant à mon ami M. Flan. Le Mâââle, dans un élan de finesse, a confirmé ma crainte en qualifiant ma nouvelle coupe de médiévale, à tendance Jacquouille.

Pour ma part, j’y vois plus clair désormais (aucun risque d’être gênée par une mèche quelconque), et je prends la vie avec philosophie. Sans ma touffe, je me sens démunie. Mais au moins, plus aucun SDF ne me comparera à Anne Roumanoff, désormais.

Ca fait toujours plaisir

Ca fait toujours plaisir

Rendez-vous sur Hellocoton !

Sources:
http://www.soundofviolence.net
http://consus-france.over-blog.fr
http://www.oositoo.com
Publicités

10 Réponses to “Avant, j’avais des cheveux.”

  1. Dolu 19 mars 2013 à 00:51 #

    Sans coupe ratée, point d’article jubilatoire 🙂 Vive les coiffeurs maladroits !

  2. Selyne 18 mars 2013 à 23:54 #

    Afin d’éviter ce genre de désagrément, je suis devenue ma propre coiffeuse. Au moins quand ça rate je ne peux m’en prendre qu’à moi (et ça m’aide à socialiser en faisant bien rire les inconnus).

    • lemiroirdenarcisse 28 mars 2013 à 18:52 #

      Je comprends, je pratiquai aussi avant… même avec les cheveux courts pas moyen de camoufler un coup de ciseaux intempestif…

  3. Paula 18 mars 2013 à 21:55 #

    C’est terrible les coiffeurs qui s’emballent !

  4. oeilpouroeilflanpourflan 18 mars 2013 à 21:12 #

    Les désastres capillaires, la passion de toute une vie.

  5. Ragnagna 18 mars 2013 à 21:07 #

    Voilà pourquoi j’évite les coiffeurs !! Étant myope, j’ai trop peur de laisser mes cheveux sans surveillance à leurs mains !
    Mais le bon point c’est que ça repousse (j’essaie d’être positive !)

    • lemiroirdenarcisse 28 mars 2013 à 18:54 #

      Ahahaha! Merci pour cet élan de solidarité! 😀 Moi aussi, je suis myope…mais visiblement, pas assez pour ne pas voir l’ampleur du désastre! 😉

Un avis sur la question ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :