Et mon cul, c’est du jambon ??

4 Déc

Je sais, j’ai disparu de la circulation virtuelle depuis un petit moment maintenant. Mais bon, comme tout le monde donne son avis sur des sujets qui ne les concernent ni de près ni de loin, moi aussi, j’y vais de mon petit commentaire. Chassez la commère, elle revient en pas chassés (j’ai pris des cours de zumba depuis la rentrée).

pas-chassés

Non, parce que vraiment, là, il devient urgent d’arrêter les frais. Le coup du voile, déjà, j’avais trouvé ça louche. Pourquoi interdire à quelqu’un de se couvrir la tête en public ? Au MacDo, je vois souvent des équipiers avec une charlotte sur la tête, ce n’est pas pour ça que je leur interdis de traverser la place de la Cathédrale (on fait c’qu’on peut avec c’qu’on a, tout le monde ne vit pas à Paris, ma bonne dame). D’ailleurs, ma grand-mère aussi met un foulard sur la tête pour aller au marché, et, sauf erreur, elle n’a jamais mentionné dans aucune de nos conversations son intention de faire sauter le stand de fruits et légumes (mais vous avez raison, on ne sait jamais, avec ces Ukrainiens).

Cette tresse a pas l'air très net

Cette tresse a pas l’air très net

Il y a deux semaines, une de mes amies tunisienne ET musulmane (bravo) est venue me rendre visite. Bizarrement, elle ne s’est pas levée à 4h du matin pour faire la prière. Au contraire, elle s’est arrosée (dans tous les sens du terme) de boukha, un alcool de figue. Et elle a même mangé des tartes flambées, la bougresse (aux dés de poulet, mais quand même). C’est même moi qui ai poussé le vice à lui demander si elle acceptait que je coupe sa tranche avec mon couteau hautement contaminé au porcinet. Elle m’a ri au nez. L’êxtremiste ne serait alors pas celui qu’on pense ? Bref, nous avons donc vécu en parfaite harmonie pendant une semaine, moi, mangeant mon saucisson et elle, se goinfrant de munster (devant moi, qui voue un dégoût sans nom pour toutes sortes de préparations fromagères). Preuve (s’il en était vraiment besoin) que oui, on peut vivre en communauté avec des gens qui ne sont pas exactement comme nous.

Alors, une question : pourquoi certaines personnes se sentent-elles investies d’une mission divine (c’est le cas de le dire) pour défendre l’humanité de tous les maux qui ne l’accablent pas ? Les pédés, les homos, les gays, les broutte-minous et autres goudous n’empiètent pas sur notre espace à nous, bien-pensants hétérosexuels. Ils ne chassent à vrai dire même pas sur le même terrain, c’est bien dire si j’ai moins à craindre d’eux que de la pouffiasse écervelée qui tourne autour du Mâââle.

Paris Hilton, c'était trop facile

Paris Hilton, c’était trop facile

Ah, pardon, ce n’est pas de ça qu’il s’agit. Pardon, pardon. Au temps pour mois : à entendre les manifestants, je pensais que le mariage gay libérerait  une armée de tantouzes prêtes à se jeter sur le moindre morceau de chair fraîche (ça, ça fait peur). Mais non ! Le mariage pour tous ne donnerait en fait que le droit à deux personnes de vivre comme les autres. Ah. Tout ça pour ça.

Ben oui, tout ça pour ça. Le mariage pour tous ne changera finalement pas ma vie, tout comme croiser une femme voilée ou parler avec un roux. Je ne suis pas végétarienne, je ne suis pas noire, je ne suis pas rousse (quoique ma dernière coloration laisse planer dangereusement le doute), je ne suis pas lesbienne (quoique ma dernière coloration et mon épilation laissent planer dangereusement le doute), je ne suis pas musulmane (quoique ma dernière coloration, mon épilation et la musique que j’écoute très fort en voiture laissent planer dangereusement le doute).

Eux, ils sont forcément sur écoute

Eux, ils sont forcément sur écoute

J’ai donc la chance de pouvoir manger ou ne pas manger ce que je veux sans que cela devienne un acte militant. J’ai la chance aussi de pouvoir me marier, si je le souhaite, ou ne pas me marier, si je ne le souhaite pas (et si le Mâââle refuse toujours mon idée de mariage/camion-pizza). J’ai l’extrême chance de pouvoir croire que ce que je fais ou ne fais pas avec ma langue et mon cul ne regarde que moi et les personnes directement impliquées, sans jamais subir de regards lubriques ou dégoûtés (sauf pendant la zumba, lorsque j’exécute mes chorégraphies avec une langueur et une grâce hautement érotiques). Mais on dit que la roue tourne : je ferais alors bien de me méfier, car ça pourrait bien être moi, le prochain danger pour l’humanité.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Sources :
http://images.lpcdn.ca
http://waya-online.com
http://www.droit-social-legipole.fr
Publicités

6 Réponses to “Et mon cul, c’est du jambon ??”

  1. oeilpouroeilflanpourflan 20 décembre 2012 à 20:03 #

    C’est pas un peu dangereux de parler aux roux ?

  2. Dolu 5 décembre 2012 à 10:32 #

    Retour gagnant !
    Miroir de Narcisse pour tous !

  3. Marcelle 5 décembre 2012 à 10:03 #

    Contente de te relire

Un avis sur la question ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :