Flemme, je vous aime

4 Jan

Alors que j’étais tranquillement en train de lire un article sur la nouvelle planète habitable Kepler 22 (zZzzzzZZZzzz), l’évidence m’a sauté aux yeux : je suis atteinte de flemmingite aigüe. Au lieu de me jeter corps et âme dans mon travail qui, pourtant, ne manque pas vraiment à l’appel, j’erre sur des sites plus intéressants les uns que les autres. Bon, ok, à l’heure de Facebook et Twitter, je ne suis pas vraiment une visionnaire de la glandouille quand j’annonce que 85% de mon temps passé sur l’ordi, heures de taf comprises, est consacré au loisir. Le problème, c’est que cette propension à éviter toute surchauffe physique ou intellectuelle s’applique à ma vie en général.

Quand je n’étais encore qu’une petite Narcisse innocente et bien coiffée (eh oui, les temps changent), cette flemme se manifestait déjà au quotidien. Par exemple, j’emportais dans mon sac de cours tous mes livres de classe, pour ne pas devoir charger et décharger chaque soir le poids de la culture qu’on nous imposait à l’école (peu de temps après, mon amie Scoliose a fait son apparition, mais je n’ai jamais pris le temps de la soigner. Trop fatigant). Je ne faisais pas non plus mon lit (pour le défaire le soir venu ? Sacrée arnaque, dis donc !) et sur ma table de chevet s’entassait tout un tas de livres commencés, jamais finis et jamais rangés. Inutile de préciser qu’à l’arrivée du langage SMS, j’avais presque les larmes aux yeux à l’idée d’économiser autant d’énergie en écourtant les mots.

Quand je repense à cette époque bénie où je pouvais passer entre les gouttes des contraintes, j’ai le blues. Parce qu’aujourd’hui, ma flemme est toujours là, alors que cela doit bien faire 7 ans que  la mère l’Oye n’est plus venue ranger ma chambre, la saligaude. Alors, je ruse, j’improvise. En bonne partisane du moindre effort, j’essaie toujours de limiter les déplacements inutiles. Je ne vais aux toilettes que lorsque j’ai quelque chose à déposer à la cuisine, par exemple. Je peux aussi rester des jours et des jours sans regarder dans la boîte aux lettres, si je n’ai pas de poubelles à descendre.

Avec les années, j’ai pourtant bien compris que cette méthode était vouée à l’échec sur le long terme. En ne me démaquillant pas le soir, je ne m’étonnerai pas si dans quelques années (mois ?), des pattes d’oie viendront tenir compagnie à des cernes déjà bien installés. Quand mon ordinateur me prévient que sa batterie est au bord de l’apoplexie, j’y gagnerai à ramasser tout de suite le bout du chargeur qui est à mes pieds plutôt que de devoir rallumer la bête qui a fini par lâcher son dernier souffle (et qui met 10 minutes à se réanimer). Il serait aussi bien plus malin de faire tout de suite le chèque de 7,80 euros que me demande l’hôpital plutôt que de fixer la facture d’un air benêt et angoissé chaque fois que je passe devant le meuble à chaussures – non, je ne range pas non plus mes factures (mais ce n’est pas moi qui ai volé l’orange du marchand – ah oui, pour regarder les 10 ans de la Star Ac sur NRJ12, j’ai une sacrée énergie ).

Comme j’ai la flemme de trouver une chute, je vous mets une petite chanson qui illustre bien ce que je me dis quand je suis victime de ma flemmingite :

Rendez-vous sur Hellocoton !

Sources:
http://kiki28000.skyrock.com/
http://www.librairiepantoute.com
Publicités

9 Réponses to “Flemme, je vous aime”

  1. Tietie007 11 janvier 2012 à 11:34 #

    Remember Jean-Philippe Toussaint !

    • lemiroirdenarcisse 11 janvier 2012 à 20:42 #

      Mon flagrant manque de culture m’empêche de comprendre ce commentaire et d’y répondre avec finesse(malgré un épluchage détaillé de la page Wikipédia de ce cher monsieur), mais bienvenue et merci pour ce commentaire, Titie007! 🙂

  2. Colombe et Linotte 5 janvier 2012 à 19:02 #

    Et ne jamais se lever de table sans ramener un truc à la cuisine (sel, miettes, yaourts vides).

    • lemiroirdenarcisse 10 janvier 2012 à 19:55 #

      Voire ne jamais se lever de table avant que quelqu’un d’autre se décode enfin à la débarrasser, cette p***** de table.

  3. Janet 5 janvier 2012 à 16:17 #

    Je crois que je suis atteinte d’un peu la même maladie… Je trouve ça tellement vrai !

    • lemiroirdenarcisse 5 janvier 2012 à 18:28 #

      A mon avis on est beaucoup dans ce cas!! (et bienvenue parmi nous, Janet ( t’es de la famille de Michael??ahahaha) )

  4. Recette de cocktails 5 janvier 2012 à 14:20 #

    J’adore tes titres ma Narcisse !

Trackbacks/Pingbacks

  1. Une semaine sur la blogosphère # 12 | So Busy Girls - 13 septembre 2014

    […] ne seront jamais des flemmards qui se sentent légèrement bordéliques comme Le Miroir de Narcisse et Anne […]

Un avis sur la question ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :