Archive | janvier, 2012

Placardée

29 Jan

(Post non prévu au programme, mais diffusé en raison de l’actualité brûlante de ce dimanche 29 janvier)

Comme toute bonne hypocondriaque qui se respecte, je crois très souvent être aux abords de la mort. Un mal de tête, une petite toux ou un petit bleu, et je m’imagine tout de suite en train de tirer ma révérence. Aujourd’hui, pourtant, j’ai véritablement flirté avec la mort.

Je vous refais la scène :

Le Mâââle est dans sa douche, tandis que je grave une compil intitulée « RAP GHETTO REPRESENTE A L’ANCIENNE » pour Lire la suite

Fixation extrême

29 Jan

J’aime à croire que je suis quelqu’un de cool. Pas dans le sens hype et trop détendue du string (ça fait mauvais genre) (et je suis lucide, quand même), mais plutôt dans ma façon de vivre. Allez, si j’étais un brin encore plus prétentieuse, je dirais même que tolérance et renoncement sont mes maîtres mots – si tu ne me crois pas, check la liste de mes ex-conquêtes amoureuses, tu vas vite comprendre.

MAIS.

Parfois, sans raison, et alors que tout mon entourage semble ne pas remarquer ce qui me saute aux yeux, je fais une fixette sur un détail. Détail qui dès le départ m’agace, et qui, à force de le fixer, devient carrément insupportable.

Allez, pour le plaisiiiiiir, et parce que c’est dimanche, voilà un petit florilège des situations pas si graves mais qui me les brisent menues: Lire la suite

Bougon sans bon goût

11 Jan

Cette année, pour les fêtes, j’ai fait light. Parce que j’ai pleinement conscience que mes 5 kilos qui se sont tapé l’incruste l’an dernier (sans jamais repartir) ne vont pas s’envoler par la grâce du Saint-Esprit, surtout depuis l’achat de la tuture qui a considérablement réduit mes chances de me transformer en Adriana Karembeu – ma plus grande activité physique se limite désormais à chercher la bouteille de Coca qui traîne sur la banquette arrière. Pour vous dire à quel point c’était la diète, mon dîner du 25 décembre était une boîte de sardines. Je pensais donc avoir mis toutes les chances de mon côté pour débuter 2012 d’un pas svelte et léger, même si mes pantalons continuaient de rétrécir inlassablement au lavage, surtout au niveau de la fermeture.

Bref, j’avais donc bon espoir il y a 2 jours quand je me suis décidée à faire parler la balance après 2 mois de silence radio. Grand bien m’en a pris, puisque j’ai découvert avec stupeur que 3 malheureux kilos s’étaient à nouveau égarés dans mon anatomie visiblement très Lire la suite

Pan ! Dans les dents !

10 Jan

L’an dernier, enfin en décembre 2011, quoi ( Aaaah, une bonne blague de beauf, ça faisait longtemps !), mes quenottes et moi-même nous sommes fait examiner par un professionnel de la dentition. Excusez mon insistance à vouloir absolument vous parler de mes détails corporels en ce moment : je crois bien que l’effervescence autour de Free Mobile a pris bien trop de place aujourd’hui, il est donc grand temps de recentrer le débat sur ma petite personne.

Allez, à moi d'être sur le devant de la scène maintenant

Ce qui devait être une visite de routine s’était transformée la veille en rendez-vous de la plus haute importance : mon médecin, consulté pour une névralgie intercostale (oui, je sais, LOL. C’est un mal de dos, en fait.), m’avait subtilement fait remarquer que ma mâchoire inférieure n’est pas alignée avec celle du dessus, et que par conséquent, chaque fois que j’ouvre la bouche, les os au niveau de Lire la suite

Flemme, je vous aime

4 Jan

Alors que j’étais tranquillement en train de lire un article sur la nouvelle planète habitable Kepler 22 (zZzzzzZZZzzz), l’évidence m’a sauté aux yeux : je suis atteinte de flemmingite aigüe. Au lieu de me jeter corps et âme dans mon travail qui, pourtant, ne manque pas vraiment à l’appel, j’erre sur des sites plus intéressants les uns que les autres. Bon, ok, à l’heure de Facebook et Twitter, je ne suis pas vraiment une visionnaire de la glandouille quand j’annonce que 85% de mon temps passé sur l’ordi, heures de taf comprises, est consacré au loisir. Le problème, c’est que cette propension à éviter toute surchauffe physique ou intellectuelle s’applique à ma vie en général.

Quand je n’étais encore qu’une petite Narcisse innocente et bien coiffée (eh oui, les temps changent), cette flemme se manifestait déjà Lire la suite

Quel pied !

3 Jan

Malgré mes mensurations de rêve ( 1,60 cm²), mon rapport au corps n’est pas franchement ce qu’on pourrait qualifier de serein. A vrai dire, je le considère plus comme un outil, ou un jouet interactif, que comme un temple de bien-être. Quand je trouve le temps long, mon corps me propose de formidables passe-temps : je pétris mon bidou comme une pâte à pain (effet relaxant garanti), je fais des boules de peau avec mes joues, je me grignote les ongles jusqu’à l’obtention de moignons qualifiés un jour de « jamais vus » par une prothésiste ongulaire (qui dans la foulée a invité ses collègues à venir admirer la bête), je m’arrache des cheveux pour comparer leur épaisseur avec celle des chevelures des gens qui m’entourent, je passe des heures à contempler mes mollets moyennement épilés pour traquer le poil incarné et le faire jaillir de son trou en pinçant comme une possédée (bon appétit, si vous êtes à table). Bref, entre mon corps et moi, c’est l’amour vache, mais la cohabitation se déroule finalement plutôt pas mal.

Et pourtant, il y a un élément de mon corps dont je rêve de me débarrasser : mes petits petons potelés. En fait, non, je ne suis pas dingo, je ne voudrais pas qu’un cinglé s’amène avec sa tronçonneuse pour me trancher les chevilles : j’ai bien conscience que sans Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :