Archive | août, 2011

On n’est pas sérieux quand on a que 7 ans…

21 Août

Comme tout le monde, voire un peu plus que la moyenne, je suis complètement gaga face à tout ce qui porte dents de lait et couche-culotte. Pour preuve, j’ai passé toute mon après-midi d’hier à faire des toutous en pâte à modeler et à demander à mon interlocutrice de 2 ans et demi où elle était la papatte du toutou, le tout avec une voix défiant les plus veaux castrats. Bref, les petites têtes blondes, c’est total respect.

Mais quand même. Un enfant, il faut le dire, ce n’est pas très malin. Ca croit tout ce qu’on lui dit, ça fait pipi partout, ça s’écorche le genou toutes les 5 secondes. Et je sais de quoi je parle. Moi, enfant, j’étais loin de ce qu’on peut appeler une lumière. Lire la suite

Publicités

Hasard ou coïncidence ?

20 Août

Parfois, j’ai envie de croire au destin. Quand un jour férié tombe un lundi, par exemple, je me dis que la vie est quand même bien faite et qu’il y a sûrement quelque part un barbu qui prend les choses en main pour que je puisse me reposer de mes vacances pendant un jour supplémentaire.

Et puis, d’autres fois, j’en arrive à croire que si ma vie est régie par ledit barbu, j’ai vraiment dû lui faire une crasse quand j’étais servante de Louis XIV ou Sans-culotte pour qu’il s’acharne sur moi avec tant de verve.

Oups, j'ai dû mal comprendre le concept

Parce que, bon, j’ai beau être nunuche, j’ai bien compris que c’est sûrement pas un hasard si :

– quand j’enfourche mon vélo, il se met à pleuvoir, et quand j’arrive à destination le soleil refait surface pour bien chauffer ma selle toute la journée Lire la suite

Photo génie

16 Août

Photo génie, pas photogénique, moche photo

Dans la vraie vie, j’avoue, j’arrive à faire des grimaces assez poilantes – ou au moins assez incongrues, genre sniffer mes lèvres dans mon nez tout en remuant mes oreilles (oui, je sais, ça fait rêver). Mais si un jour, l’un de vous a un coup de blues, j’ai un remède vraiment efficace : je lui montrerai une photo de moi.

Pas d’affolement, je ne suis pas (encore) en plein ego trip. Non, non. Bien au contraire. Une photo de moi, et c’est le délire assuré. Quel que soit l’angle, la saison, la coupe de cheveux, ça ne rate jamais : avec moi, la tronche en biais, c’est plus qu’un concept, c’est un art de vivre.

Quand un malotru braque son petit oiseau sur moi, je me sens toute chose – mon Dieu, c’est vicieux, je suis la réincarnation du Marquis de Sade. Souvent, je ne remarque pas l’objectif, bien trop occupée à raconter à ma meilleure Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :