Eye of the tiger

22 Juin

Eye of the tiger, oeil de lynx, bonne vue

J’ai finalement cédé à la panique générale (celle qui s’est installée dans ma tête lorsque mon oeil s’est mis à trembler alors que j’étais bien concentrée sur mon travail comme tout mouton qui se respecte). Je suis allée aux urgences ophtamologiques. 100% bonheur.

A peine arrivée, j’ai pu assister à une battle digne des plus grandes joutes oratoires. Une battle opposant l’infirmière à la nièce d’un homme visiblement lourdement handicapé. La nièce se plaignait bruyamment de l’attente interminable pour son oncle, qui attendait sagement sur son fauteuil roulant. Moi, dans la salle d’attente, je n’ai pas pu juger clairement de la situation. Mais j’ai pu me confronter aux regards un peu bigleux mais lourds de sens des autres patients, qui ponctuaient leurs grognements de « C’est toujours les mêmes qui gagnent ». C’est sûr, il en a, de la chance, l’homme dans son fauteuil.

Après 2h d’attente (dont une à me faire passer devant par tous les borgnes de France et de Navarre, puisque je n’avais pas compris qu’il fallait se présenter à l’infirmière pour être enregistrée), j’ai mandaté le Mâââle qui était au bord de l’agonie (il avait un rhume) pour aller chercher des sandwichs. A son retour, alors qu’on était tranquillement assis dans les couloirs glauquissimes de l’hôpital, à nous empiffrer gracieusement de paninis mayo-ketchup, une infirmière passe et nous demande de ne pas s’asseoir là. Ok, ok, on se lève, pardon – je suis un mouton, j’ai dit. Et là, réaction étonnante de l’infirmière : « Ah non, non, vous ne me dérangez pas du tout. C’est juste que, bon, un hôpital, ce n’est pas propre. Mais alors, pas du tout, si vous saviez ». Mon sandwich a bien failli ressortir par là où il était entré.

Lorsque je suis passée chez l’infirmière, justement, j’ai à nouveau pu m’offrir un petit moment de bonheur simple. Je le rappelle, avant d’aller aux urgences, j’ai contacté des ophtalmos qui m’ont tous envoyée balader en me disant d’aller à l’hôpital. Là, à l’hôpital, l’infirmière me demande pourquoi je ne suis pas allée voir un généraliste. Bonne nouvelle : je suis un peu la patate chaude de l’ophtalmologie.

Test de vue gratuit

Après 4h30 d’attente ponctuée d’engueulades à voix basse avec le Mâââle qui ne comprenait pas pourquoi on se retrouvait aux urgences pour une douleur à l’oeil (c’est vrai, quand on y pense, c’est vraiment farfelu), j’ai enfin été auscultée par l’ophtalmo de garde. Et, donc, à 23h45, j’ai appris que je souffrais d’une fatigue visuelle et d’yeux un peu secs. Soulagement pour moi ; déception pour le Mâââle, qui aurait visiblement préféré qu’on m’annonce que j’allais perdre un oeil dans la minute, histoire de ne pas avoir poireauté pour rien (et de pouvoir faire le lèche-cul auprès de l’infirmière).

Heureusement, maintenant, je l’ai à l’oeil.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Un avis sur la question ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :