Ich bin ein Berliner (dans mes rêves)

29 Avr

Ich bin ein berliner, voyage à berlin, avis berlin

Pour la première fois depuis des mois, j’ai eu une semaine de vacances. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi, ça veut dire beaucoup. Parce que quand je suis en vacances, je globe-trotte. Et j’aime ça, globe-trotter. Surtout pour aller festoyer à Berlin avec ma soeur Pivoine et ma mère l’Oye – qui fêtait d’ailleurs ses 50 printemps, ma foi (gras).

Que ceux qui n’ont pas compris cette entrée en matière complètement absurde passent leur chemin. Ceux qui m’aiment prendront le train, et ne le regretteront pas. Enfin, j’espère.

Ce qu’il y a de génial quand on globe-trotte, c’est qu’on réalise à quel point notre quotidien est composé d’habitudes chiantes – ou géniales. Pour ma part, j’ai dû faire 1000 km (et subir 1h30 de calvaire d’avion) pour comprendre une seule chose : je suis le stéréotype de la Française. Dans toute sa splendeur ; pour le meilleur, et surtout pour le pire.

De plein fouet, j’ai pris conscience de l’emprise de notre cher pays sur ma façon de penser. Spéciale K-sdédi à Sarkozy et tous ses bro’ de Tf1, M6, W9 and co : mission paranoïa réussie à 100%. A peine arrivée dans le métro berlinois, un homme super sympa nous accoste, mon Oye et moi-même. On papote un peu, jusqu’au moment où le bougre nous propose de nous aider en nous accompagnant jusqu’à notre hôtel. Coup d’oeil à ma montre : il est 22h30. Réaction de ma part : « Non, merci, je ne me rappelle plus du nom de notre arrêt, et puis de toute façon quelqu’un nous attend à la sortie du métro ». Hum, j’étais à deux doigts de sortir ma bombe lacrymo imaginaire. Merci « Complément d’enquête », merci le JT de 13h.

Trente minutes après, on arrive à l’appartement. Là, un homme nous attend pour nous faire signer des papiers. Il nous demande entre autres mon numéro de carte de crédit, pour le dépôt de garantie. Je m’insurge, et, dans un anglais étonnamment fluide, j’exige des explications sur le pourquoi du comment et qu’est-ce-que-vous-allez-faire-avec-mon-numéro-de-carte. L’homme reste coi, n’a pas l’air de comprendre mon inquiétude – sûrement la faute aux 45 minutes qu’il vient de passer dans le froid à nous attendre. Je le paie en liquide, demande une copie de ces fameux papiers et barricade la porte dès son départ. Merci « Capital », merci « Halte aux arnaques ».

Heureusement, grâce à mon esprit aiguisé et à mon sens de la déduction, j’ai rapidement compris que les Allemands ne sont ni des voleurs, ni des grosses brutes épaisses (les seules voix que j’entendais au dehors parlaient espagnol…ou français). C’est tout simplement moi qui suis devenue le reflet de ce contre quoi je pensais résister : j’avoue, j’ai cédé à  l’angoisse de l’arnaque perpétuelle et surtout à la constante parano d’être la prochaine victime d’un fait divers sanguinolent.

Alors, peut-être que c’est parce que l’herbe paraît toujours plus verte ailleurs, ou parce que je ne comprends pas les infos en allemand, ou alors parce que peut-être l’Etat allemand ne pratique pas une politique de racket et de terreur injustifiée ; quoi qu’il en soit, il me semble que Berlin, avec ses stèles commémoratives de la Shoah et ses punks au look improbable et au sourire jusqu’aux oreilles, digère son passé et en tire des leçons, à l’inverse de notre douce France, qui vomit sur son avenir en empruntant le chemin inverse.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

2 Réponses to “Ich bin ein Berliner (dans mes rêves)”

  1. Delphinesbooks 29 avril 2011 à 21:09 #

    J’ai passé 5 jours à Berlin il n’y a pas longtemps et fais un article avec le même titre que toi. Et bien, je me suis sentie hyper en sécurité, alors que je n’ai pas vu un flic….. A méditer

Un avis sur la question ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :